Électricité et diagnostic électrique

Accidents électriques

Diagnostic électricité Les accidents électriques sont proportionnellement graves et coûteux. Bien que la sécurité électrique des électriciens se situe en France à un niveau élevé, le nombre d’accidents signalés aux autorités n’a plus diminué au cours de la dernière décennie. De plus, les accidents électriques ne sont pas aussi rares que les statistiques le supposent, car de nombreux accidents mineurs ne sont toujours pas signalés. La sous-déclaration entraîne un manque d’information sur les problèmes de sécurité électrique existants et entrave les actions préventives. D’où l’importance d’un diagnostic électrique lors de la vente d’un bien immobilier, ou lors de la location qui se fait de plus en plus grande

 

Les mesures actuelles pour augmenter la sécurité électrique ne sont pas assez efficaces. Afin de diminuer le nombre d’accidents électriques (dans les appartements, maisons, immeuble,…), il est nécessaire d’avoir plus d’informations sur les risques d’accidents électriques au niveau opérationnel. Selon les rapports d’enquête d’accident, la plupart des accidents électriques se produisent parce que certaines procédures de sécurité ne sont pas effectuées avant le travail. Cependant, il existe peu d’informations sur les raisons pour lesquelles ces procédures de sécurité sont omises et sur les autres risques d’accidents électriques importants auxquels les professionnels de l’électricité sont actuellement confrontés.

Étude sur la sécurité électrique

L’objectif principal de l’étude était de promouvoir la sécurité électrique en identifiant et en analysant les principaux risques d’accidents électriques des professionnels de l’électricité et en présentant un modèle de séquence d’accident électrique comme base pour la promotion de la sécurité. L’étude se concentre sur les professionnels de l’électricité travaillant dans les domaines de l’énergie, de l’industrie et des installations immobilières. Seuls les risques d’accidents électriques sont examinés, pas d’autres types de risques. En outre, la recherche se concentre sur le travail mort et le travail qui aurait dû être effectué mort. Les problèmes particuliers de sécurité électrique du travail sous tension et du travail à proximité des parties actives ne sont pas examinés.

 

Pendant trois ans (2003-2006) de matériel de collecte pour cette étude, un questionnaire a été soumis aux professionnels de l’électricité (échantillon = 541), des professionnels de l’électricité et leurs superviseurs ont été interrogés (échantillon = 30) et certaines tâches électriques ont été examinées). Les publications pertinentes, les rapports d’accidents et les bases de données sur les accidents ont été étudiés comme référence.

 

Selon l’expérience des professionnels de l’électricité, le non-respect des procédures de sécurité est souvent dû à la hâte. Les causes de la précipitation sont multiples mais le plus souvent considérées comme liées à des problèmes d’organisation, par exemple la planification et l’exécution des tâches. Un autre problème de sécurité électrique souvent identifié était la défaillance humaine intentionnelle et involontaire.

 

La recherche révèle de nouvelles informations sur les risques d’accidents électriques des professionnels de l’électricité. Cette information est utilisée pour créer un modèle de la séquence d’accident électrique. Le modèle peut être utilisé dans la prévention des accidents électriques et la promotion de la sécurité électrique.

Constat sur le danger de l’électricité dans le monde. Importance du diagnostic électrique

Diagnostic électrique

Partout dans le monde, l’électricité constitue un danger permanent pour les personnes qui effectuent des travaux électriques. En fait, presque tous ceux qui travaillent sur le terrain ont subi ou ont été témoins d’un choc électrique au cours de leur vie professionnelle. En France, la situation peut être vérifiée en interrogeant un professionnel de l’électricité sur ses expériences personnelles. Pourtant, seul un faible pourcentage des incidents sont signalés: la France a une main-d’œuvre de plusieurs millions, dont certains sont des électriciens travaillant avec des tensions dangereuses, mais seulement une cinquantaine de cas d’accidents électriques de professionnels de l’électricité sont documentés chaque année par les institutions d’assurance accident, et seulement 20 à 30 cas sont signalés à l’autorité de sécurité électrique. En plus d’être plus courantes que les statistiques ne le laissent supposer, les accidents électriques ont été estimés exceptionnellement sévères et coûteux. En effet, Les incendies de source électrique ont un coût d’1 milliard d’euros par an selon l’Observatoire national de la sécurité électrique, mars 2017.

 

La sous-déclaration est un problème, mais à l’échelle mondiale, la France semble avoir un très haut niveau de sécurité électrique professionnelle. La législation dicte clairement combien d’éducation et d’expérience une personne doit avoir avant d’appeler un professionnel de l’électricité et autorisé à effectuer des travaux électriques de façon indépendante. La législation et les normes obligatoires définissent également les procédures de sécurité qui doivent être exécutées avant et pendant le travail. Pourtant, au cours de la dernière décennie, il y a eu en moyenne plus de 4 accidents électriques de professionnels avec de graves conséquences chaque année. Malgré des efforts continus pour améliorer la sécurité électrique, le nombre d’accidents électriques n’a pas diminué.

 

Les analyses des rapports d’accidents ont révélé que les accidents électriques des professionnels de l’électricité étaient le plus souvent dus à l’omission de certaines procédures de travail sécuritaires. Cependant, on ne sait pas très bien pourquoi les procédures de sécurité sont omises. En règle générale, les enquêtes sur les accidents ne vont pas au-delà des causes immédiates (ou apparentes), bien que l’identification et l’élimination des causes d’accident sous-jacentes soient un élément clé de la prévention des accidents ultérieurs.

 

Les lieux de travail français ont largement adopté la vision zéro accident, selon laquelle tous les accidents sont à la fois inacceptables et évitables. Sur la base de cette vision et du fait que, malgré les efforts déployés, la sécurité électrique ne s’est plus améliorée, il est nécessaire de disposer de nouvelles informations sur la manière d’accroître la sécurité électrique. La prévention des accidents d’origine professionnelle des électriciens commence par l’identification et l’analyse des causes sous-jacentes des accidents et incidents électriques qui auraient pu conduire à un accident. L’identification et l’analyse des risques d’accidents permettront de concentrer les futurs efforts de prévention avec plus de précision et d’efficacité.

 

L’initiative de la recherche est venue de l’État qui voulait plus d’informations sur les causes des accidents électriques des professionnels de l’électricité, à utiliser dans ses efforts pour promouvoir la sécurité électrique. Une seule ligne d’investigation – se concentrant uniquement sur les professionnels de l’électricité et les risques électriques – offre la possibilité d’approfondir le problème spécifique en question. Même les causes immédiates des accidents des professionnels diffèrent: les laïcs ne sont souvent pas conscients de la menace potentielle pour la santé que pose même l’électricité domestique normale. Les accidents électriques des professionnels se produisent malgré la conscience du danger. En outre, les accidents professionnels ne semblent survenir que pendant les heures de travail, car les profanes subissent des accidents électriques au travail et pendant leurs loisirs. Les actions des professionnels sont ainsi guidées par la législation et les autres réglementations professionnelles, ce qui augmente la possibilité d’influence.

 

Les accidents sont rarement causés par un seul événement ou une seule action. Au contraire, ils sont la conséquence d’une multitude d’événements qui ont pu se produire pendant une longue période de temps. Pourtant, les actes et les pensées de la personne dont les actions ont immédiatement précédé l’accident devraient être d’un grand intérêt pour cette personne est le point culminant de la chaîne des événements et la dernière personne qui aurait pu prévenir l’accident si tous les faits avaient été connus. La cible explicite de cette recherche, les accidents électriques des professionnels de l’électricité, offre la possibilité d’étudier le comportement humain à la pointe de la séquence de l’accident dans un contexte spécifique bien défini.

 

Sécurité électrique au travail

 

Examen initial de la sécurité électrique

 

Normes et législation

 

Un professionnel de l’électricité est défini dans la législation française comme une personne ayant une formation spécifique et une expérience adéquate. Un professionnel de l’électricité peut avoir une éducation électrique allant du diplôme de maître, baccalauréat ou technicien à des connaissances professionnelles ou suffisantes. L’expérience exigée dans le travail électrique dépend inversement du niveau d’éducation. Le nombre exact de professionnels de l’électricité en France n’est pas connu, mais selon des études, beaucoup d’électriciens travaillaient en 2007 dans l’installation et la maintenance d’équipements électriques et de lignes.

La principale norme française concernant la sécurité électrique des professionnels de l’électricité est SFS 6002 (2005) « Sécurité au travail électrique », qui a remplacé l’ancienne norme SFS 6002 (1999) en juin 2005. La norme comprend une traduction française de la norme EN 50110- 1 (2004) « Exploitation des installations électriques ». Entre autre, la norme SFS 6002 (2005) donne des directives détaillées sur les procédures de sécurité obligatoires pour assurer un travail électrique sûr dans un lieu de travail :

Ces procédures sont également mentionnées dans le décret du ministère français du commerce et de l’industrie concernant les travaux électriques, qui est basé sur la loi française sur la sécurité électrique.

 

Selon la norme SFS 6002 (2005), tous les électriciens professionnels doivent recevoir une formation en sécurité électrique dans des intervalles ne dépassant pas cinq ans. La formation devrait être donnée plus souvent s’il y a des changements pertinents, par ex. tâches de travail. La formation doit porter sur la législation relative à la sécurité électrique la plus pertinente et le contenu de la norme SFS 6002 (2005). La formation doit également inclure des informations sur les risques de sécurité électrique, les accidents électriques et les exigences spécifiques de sécurité électrique des participants. (SFS 6002: 2005)

 

En France, les accidents du travail mortels et graves doivent être signalés aux autorités de sécurité du travail et à la police. Les accidents du travail doivent être déclarés aux compagnies d’assurance accidents comme condition préalable à l’indemnisation de l’assurance. La police, les services de secours, les autorités de sécurité au travail et l’exploitant du réseau électrique local doivent en outre signaler les accidents électriques graves à l’autorité de surveillance du domaine électrique.

Le diagnostic électrique obligatoire

6,9 millions d’habitations et d’immeubles anciens ne répondent plus aux normes et règles élémentaires de sécurité, et 2,2 millions d’entre-elles sont même particulièrement dangereuses. Toutes ces installations anciennes ne font l’objet d’aucune mesure réglementaire de contrôle. C’est la raison pour laquelle, l’État a instauré le DEO : diagnostic électrique obligatoire.

Le diagnostic électrique consiste à réaliser une évaluation des risques que l’installation électrique des logements pourraient faire courir aux habitants de logements anciens. Le diagnostiqueur certifié aura pour mission de vérifier la qualité de l’installation électrique, et mesurer les risques potentiels pour les habitants. Le diagnostic électrique a pour objectif de renseigner et d’informer les occupants d’appartement ou de maison anciennes.

 

Causes d’accidents électriques. Importance du diagnostic électrique

En France

 

Selon les analyses sur les accidents électriques survenus entre 2002 et 2008, 68 à 88% des accidents électriques des professionnels de l’électricité sont dus à une action erronée ou à une erreur humaine. Le plus souvent, les causes immédiates de l’accident sont que le lieu de travail n’est pas mis hors tension avant le travail, que la tension n’est pas testée, que la mise à la terre est omise ou que les parties actives ne sont pas suffisamment séparées de la zone de travail.

Dans une enquête précédente sur tous les accidents électriques des professionnels de l’électricité qui ont eu lieu entre 1997 et 2001, on  a conclu très souvent que les accidents sont dus à l’omission d’essais de tension, à la séparation inadéquate des pièces sous tension de la zone de travail, ou au travail sous tension, mais pas en conformité avec les règlements sur le travail sous tension. Le dernier est dû à la croyance que cela accélère le temps d’achèvement. Il a également été noté dans l’enquête que les professionnels de l’électricité essayent d’éviter les coupures de courant, ce qui conduit à des méthodes de travail dangereuses et à une prise de risque consciente. Des changements soudains dans la zone de travail constituent également un risque lorsqu’ils nécessitent une modification sur la façon de terminer l’affectation en toute sécurité.

 

Cinq professionnels de l’électricité sont morts dans des accidents électriques en France au cours de la dernière décennie. Les accidents ont été étudiés dans le but de prévenir d’autres accidents de ce type en diffusant des informations sur les causes de l’accident à d’autres organisations présentant des risques similaires. En tant qu’autorité chargée de la sécurité électrique en France, elle enquête sur les accidents électriques lorsqu’une enquête est nécessaire pour identifier les causes de l’accident ou lorsqu’une enquête peut révéler des informations pouvant être utilisées pour prévenir d’autres accidents .

Le premier des cinq accidents électriques mortels est survenu en 2003 lorsqu’un professionnel de l’électricité est décédé lors de l’installation d’une nouvelle ligne électrique de 20 kV. La ligne devait traverser avec une vieille ligne 400V. Sans la connaissance de son partenaire, le professionnel de l’électricité avait grimpé le poteau de l’ancienne ligne avant qu’il ne soit mis hors tension, et a été pris dans les deux fils les plus bas. Il est finalement tombé sept mètres. La victime avait probablement essayé d’accélérer le travail en faisant des préparatifs préliminaires aussi loin que possible avant de mettre hors tension la ligne – et dans le processus a oublié que la ligne était encore sous tension. Le comportement dangereux d’aller trop près des pièces sous tension a été identifié comme une cause primaire dans les enquêtes qui en résultent. En outre, les partenaires de travail informés des actions de chacun ont été mentionnés.

 

Les deuxième et troisième accidents mortels d’origine électrique sont survenus en 2004. Dans le second cas d’électrocution, deux professionnels de l’électricité réparaient des fautes causées par une tempête. Un arbre était tombé par-dessus une ligne qui menait à un chalet d’été, arrachant certains des fils. On a supposé que l’un des fils pouvait être sous tension, mais les travailleurs ne se rendaient pas nécessairement compte que la tension pouvait être fatale. L’accident a été causé par une information insuffisante concernant le chantier, une planification insuffisante de la façon d’effectuer le travail en toute sécurité, un comportement dangereux et une supervision inadéquate des procédures de travail sécuritaires.

 

Le troisième accident électrique mortel est survenu lors de l’entretien de la centrale. Une installation électrique de 6 kV avait été mise hors tension et deux professionnels de l’électricité avaient reçu certaines tâches de maintenance. À la fin de la journée de travail, certains travaux étaient encore en cours, mais lorsque toutes les autres tâches ont été terminées plus tard dans la soirée, on a supposé que leur travail était terminé et l’installation a été redynamisée. L’accident s’est produit le jour suivant alors que les travailleurs continuaient leur mission inachevée. Les causes de l’accident ont ensuite été identifiées dans l’enquête comme des problèmes de circulation de l’information, une documentation inadéquate des tâches terminées, le changement de l’état électrique restant inaperçu par les travailleurs et l’omission de tests de tension avant la poursuite des travaux. La manière dont le travail devrait être organisé est également discutée dans le rapport d’enquête.

Le rapport d’enquête indiquait que la principale cause de l’accident était que la personne responsable de la sécurité électrique pendant le travail n’avait pas été nommée, et que la personne responsable de la dénomination physiquement présente sur le lieu de travail soin de contrôle. D’autres causes possibles citées dans le rapport concernaient l’organisation et la supervision du travail, le rechargement sans s’assurer que tout le travail était terminé et que tout le monde prend conscience du changement de statut électrique, et le fait que tous les travailleurs ne se connaissaient pas auparavant ce qui peut avoir causé moins de discussion sur l’état du système.

Le quatrième accident électrique mortel est survenu en 2006 lorsqu’un professionnel de l’électricité a été électrocuté et est tombé d’un poteau en raison d’une documentation désuète.

Un câble de 25 kV a été mis hors tension, testé et mis à la terre. Les modifications apportées sur le site un an plus tôt par une autre organisation n’ont pas encore été mises à jour dans les diagrammes bien que la responsabilité de la mise à jour ait également été attribuée. La précision des diagrammes n’a pas été confirmée sur place, le succès de la mise hors tension a été testé trop loin du chantier et les harnais de sécurité n’ont pas été utilisés.

 

Le cinquième accident électrique mortel est survenu en 2009 lorsqu’un professionnel de l’électricité a été électrocuté lorsqu’un disjoncteur-sectionneur a mal fonctionné et que la tâche a été commencée sans éprouver le succès de la mise hors tension et de la mise à la terre.

 

En résumé, tous les accidents électriques mortels des cinq électriciens professionnels qui se sont produits en France au cours de la dernière décennie étaient dus au moins au fait que la mise hors tension, l’essai et / ou la mise à la terre ont été omis. Il convient également de noter que quatre des cinq décès sont survenus à l’extérieur et dans des travaux liés à des poteaux électriques.

 

L’Institut français de la santé au travail a interrogé des victimes, des témoins et du personnel de sécurité au sujet de 25 accidents électriques survenus dans le cadre de travaux électriques en 1996-1999. Les entretiens se sont concentrés sur les vêtements de protection mais les causes d’accidents ont également été discutées: les accidents surviennent lorsque le travail est effectué en direct mais non conforme à la réglementation en vigueur, ou en raison d’appareils ou de câblages défectueux, d’informations inadéquates sur la structure du site électrique toucher ou tomber dans une partie sous tension, le travail devient routine ou une perturbation causant l’échec de l’attention.

Parmi les autres problèmes identifiés figurent les résultats d’une enquête menée par le Syndicat français des travailleurs de l’électricité, selon lequel les problèmes les plus importants dans le domaine de l’électricité sont les problèmes d’organisation. Ces problèmes sont liés à la pression du temps et à la répartition imprécise des responsabilités entre les travailleurs et leur superviseur.

Le diagnostic électrique pour éviter les incidents électriques

Pour éviter et prévenir les incidents électriques, l’état a mis en place des règles et des contrôles obligatoires lors de la vente de biens immobiliers.

Et depuis le 1er Juillet 2017 le diagnostic électrique obligatoire (DEO) pour la location.En effet, La nouvelle réglementation l’oblige à mettre son appartement en conformité avant de le mettre en location. Ce diagnostic électrique doit être réalisé par un diagnostiqueur immobilier certifié.

Au 1er janvier 2018, le diagnostic électrique va s’étendre à tous les logements. Comme pour le diagnostic amiante c’est dans le but de Savoir si l’installation comporte des risques pouvant porter atteinte à la sécurité des occupants de l’appartement ou la maison en vente ou en location.

A compter du 1er juillet prochain, le diagnostic électrique devra donc être remis au locataire par le bailleur avec le contrat de location.

Le diagnostic électrique ne concerne que les parties privatives du logement.

 

Tarif du diagnostic électrique

Nous vous conseillons de négocier le prix du diagnostic électrique en faisant effectuer l’ensemble des diagnostics immobiliers obligatoires (diagnostic loi carrez, risques naturels, amiante, diagnostic de performance énergétique, gaz,plomb …) par un seul diagnostiqueur immobilier. Aussi, ne pas réaliser les diagnostics immobiliers séparément mais prendre le package complet que la plupart des sociétés de diagnostics proposent.

 

Autres articles intéressant à lire :

Exposition et diagnostic plomb

Les symptômes et le diagnostic amiante

Les dangers de l’amiante

Les Prix de l’immobilier

Le marché des diagnostics immobiliers

Les diagnostics immobiliers obligatoires local commercial

Les diagnostics immobiliers local commercial

Le Diagnostic amiante avant travaux

Le tarif des diagnostics immobiliers

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer